S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Apprendre à gérer une communication perverse

 
Répondre au sujet    Entraideapn Index du Forum » Entraideapn » REFLEXIONS Sujet précédent
Sujet suivant

Apprendre à gérer une communication perverse
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2009
Messages: 2 359

Message Apprendre à gérer une communication perverse Répondre en citant
Apprendre à gérer une communication perverse



Quand vous êtes face à un/e agresseur/euse psychologique, vous pouvez mettre en place des tactiques pour vous préserver d’une communication perverse qui est faite pour emmêler vos neurones et vous user (plus vous êtes usé/e, plus vous êtes manipulable). L’agresseur/euse psychologique veut vous faire entrer dans une spirale de fausses communications pour vous y enfermer et ainsi obtenir ce qu’il/elle souhaite vous soutirer. 
 
  
 
Les personnes qui ne comprennent pas trop les mécanismes des violences psychologiques peuvent affirmer « ben suffit de ne pas entrer dans ce genre de discussion ». 
 
Sauf que ce n’est pas toujours possible. Ce n’est pas parce que vous décidez de ne plus communiquer, que c’est possible de mettre en place cette non-communication (d’autant plus dans les périodes les plus tumultueuses)… parce qu’il y a des moments où il faut communiquer (pour les enfants, pour la procédure)… parce que même si vous voulez réduire au maximum ces moments de communication « nécessaire », l’agresseur/euse psychologique ne l’entend sûrement pas de la même oreille (si il suffisait de dire stop au harcèlement pour que ceci fonctionne, cela se saurait depuis longtemps, et cela ne s’appellerait plus du harcèlement). 
 
  
 
Dans une communication perverse, l’agresseur/euse psychologique veut en détenir les rênes. C'est-à-dire qu’il/elle décide quand, où, comment, de quoi il/elle parle et comment ces moments de communication perverse vont vous affecter (ce qui le/la préserver lui/elle de vos volontés de lui « imposer » de la communication à des moments que vous décideriez, puisque subissant sa communication perverse à répétition, vous n’allez pas aller chercher « le bâton pour vous faire battre »… ce qui lui laisse la liberté d’organiser son planning comme il/elle le souhaite). 
 
Apprendre à gérer ce genre de communication toxique, c’est s’en préserver et dépasser le rôle de « subissant/e » que l’agresseur/euse psychologique veut vous imposer. 
 
  
 
  
 
Les moyens S.R.F.C  
 
Un moyen mnémotechnique pour s’en souvenir : Savoir Réagir aux Fausses Communications 
 
  
 
Il faut essayer (pour réussir) d’utiliser ces moyens dans le calme et le contrôle de soi. Je sais que c’est difficile quand on est sous les feux d’un/e agresseur/euse psychologique, mais difficile ne veut pas dire impossible. C’est comme si n’étant pas sportif/ive, vous vous disiez je fais faire un marathon. Au départ cela vous semble impossible, et avec de l’entraînement, c’est possible d’y arriver. 
 
  
 
  
 
S comme Silence 
 
Un/e agresseur/euse psychologique sait quels sujets vont vous affecter. Le but de sa communication n’est pas là de dire des « vérités », d’échanger des points de vue, mais de vous faire réagir et de se servir de vos réactions pour vous disqualifier. Il/elle se sert juste de l’émotionnel, de l’affectif, de l’impulsivité. Il n’y a là aucun « don » particulier à repérer vos failles, il/elle le fait sur des sujets qui toucheraient n’importe quelle personne (par exemple vous reprochez quelque chose que vous n’avez pas fait en jouant sur l’injustice ; se servir des enfants en utilisant le chantage affectif). 
 
  
 
Il vous faut éviter de vous laisser entraîner là où le/l’agresseur/euse psychologique veut vous entraîner. Pensez fortement au proverbe « il faut tourner sept fois la langue dans sa bouche avant de parler ». 
 
Vous savez qu’à ces moments là, une « discussion » ne sert à rien, qu’elle va forcément dégénérer, qu’elle va vous user, autant s’en préserver par le silence.  
 
Si le sujet dont s’est servi l’agresseur/euse psychologique nécessite une réponse de votre part, attendez que votre tension intérieure retombe. 
 
Si un/e agresseur/euse psychologique réussit à vous faire prendre une position, une décision dans ce contexte là d’émotionnel, d’impulsivité, vous pouvez être sûr/e que ce sera à vos dépends.  
 
Vous n’avez pas plus à vous justifier sur des provocations, des injustices, des faussetés d’un/e agresseur/euse psychologique. 
 
  
 
  
 
R comme des « Réponses courtes rebond » 
 
Un/e agresseur/euse psychologique veut mener la « discussion » à vos dépends (en vous plaçant dans le mauvais rôle), ce qui le/la place lui/elle dans le « bon » rôle. 
 
L’agresseur/euse psychologique provoque pour vous faire réagir (ce qui le/la dédouane de toute explication de ce que lui/elle fait). 
 
L’agresseur/euse psychologique se sert aussi de cette communication pour obtenir des billes sur vous, pour continuer son travail de sape (il/elle affine les sujets qui vous font réagir, qui vous affectent ; il/elle obtient des informations sur vos intentions etc…). 
 
  
 
Au lieu de réagir sur ses mots, servez en vous pour les lui renvoyer. 
 
Par exemple. 
 
Si l’agresseur/euse psychologique vous reproche de ne pas être un bon parent. Vous pouvez lui répliquer : « et toi quel genre de parent es tu ? ».  
 
Question à laquelle, il/elle ne répondra sûrement pas, et de nouveau voudra refocaliser la « discussion » sur vous (enfin surtout sur vos soit disant « incapacités », « défauts » etc…) : « tu ne veux même pas discuter de tes responsabilités, preuve de tes incompétences ». De nouveau, il faut se resservir de ses mots en réponse courte rebond : « quelles sont tes responsabilités à toi ? ». 
 
  
 
C’est sûr que ces échanges font « communication ping pong » (mais dans une communication perverse utilisée par un/e agresseur/euse psychologique, tenter de discuter réellement ne sert à rien). En vous focalisant à « comment retourner les mots à l’envoyeur/euse », vous vous évitez de vous laisser entraîner là où veut l’agresseur/euse psychologique. 
 
  
 
  
 
F comme Forme 
 
Un échange dans une communication a un « fond » (un sujet) et une forme (la façon dont est abordé le sujet). 
 
L’agresseur/euse psychologique se sert d’un fond pour affecter, provoquer. Pour lui/elle, le fond n’est qu’un outil destructeur (que le fond soit vrai ou faux n’a aucune importance pour lui/elle), renforcé par la forme (la forme peut être multiple, et en panachant les « tons » de voix cela renforce l’effet « douche écossaise » pour déstabiliser encore plus). 
 
Pour ne pas vous laisser piéger par ce stratagème, servez vous de la forme utilisée par l’agresseur/euse psychologique pour en faire un fond. 
 
  
 
Un exemple. 
 
Un/e agresseur/euse psychologique vous balance : « t’as vraiment aucune conscience ! ». 
 
Le fond est un soit disant défaut de votre part. La forme est une affirmation dite sur un ton agressif. 
 
Vous vous concentrez alors sur la forme : « pourquoi tu emploies ce ton agressif ? ». 
 
Si le ton est plaintif : « pourquoi tu emplois ce ton plaintif ? ». 
 
  
 
  
 
C comme Clore 
 
Clore ne veut pas dire fuir. Clore c’est décider qu’à un moment, c’est la fin de la « discussion » et le signifier. Bien sûr le/l’agresseur/euse psychologique essayera de continuer, souvent en vous accusant de fuir la discussion, d’être lâche etc… (clore une discussion sans sens n’a rien d’une lâcheté, ou d’une peur de dialoguer parce qu’on aurait des chose à se reprocher). L’agresseur/euse psychologique cherche juste à prolonger ses attaques en essayant de vous faire croire à l’inverse de ce qui se passe. De plus si c’est vous qui mettez fin à la « discussion », il/elle pense perdre le contrôle de ce qu’il/elle a entamé (et souvent pressentant qu’il/elle perd le contrôle de la « discussion », c’est lui/elle qui coupe la communication brutalement). 
 
  
 
  
 
Dans ce genre de communication où les seuls buts sont de vous affecter, de vous user (pour vous faire plier, pour obtenir quelque chose), l’agresseur/euse psychologique peut glisser des sujets nécessaires à une procédure par exemple. Si c’est le cas, et que vous devez donner une réponse, soyez le/la plus clair/e possible tout en étant concis/e (juste donner la réponse demandée sans justification, sans délayage), tout en demandant la même clarté et concision à votre interlocuteur. 
 
  
 
Dites vous bien qu’un/e agresseur/euse psychologique racontera à sa sauce la « discussion » que vous aurez eue avec lui/elle, mais que ses interprétations/manipulations ou des jugements d’autres ne remplacent pas les réalités que vous subissez. Vous n’avez pas à justifier de vous défendre d’attaques. 
 
  
 
La/le meilleur/e allié/e que vous avez, c’est VOUS-MEME. C’est vous qui décidez des moyens à mettre en œuvre pour vous aider … 
 

 


© Entraideapn, tous droits réservés, avril 2013

 

 
 
 
 
 



Mar 23 Avr - 23:03 (2013)
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Mar 23 Avr - 23:03 (2013)
Montrer les messages depuis:    

Répondre au sujet    Entraideapn Index du Forum » Entraideapn » REFLEXIONS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Flowers Online.Traduction par : phpBB-fr.com