S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
Violences psychologiques et syndrome du bouc émissaire

 
Répondre au sujet    Entraideapn Index du Forum » Entraideapn » REFLEXIONS Sujet précédent
Sujet suivant

Violences psychologiques et syndrome du bouc émissaire
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2009
Messages: 2 359

Message Violences psychologiques et syndrome du bouc émissaire Répondre en citant
Violences psychologiques et syndrome du bouc émissaire



Dans des situations de violences psychologiques, certains groupes de proches de la victime (familial, amical, professionnel…) mettent à jour le syndrome du bouc émissaire. Celui-ci permet de préserver celles et ceux qui le développent, mais aussi l’agresseur/euse responsable des violences psychologiques.  
 
Ne pas croire aux réalités de ces violences psychologiques est un symptôme de ce syndrome utilitaire et confortable pour ces personnes. 
 
La personne cible est déjà victime de violences psychologiques, et en plus « on » lui fait endosser le rôle de bouc émissaire. 
 
Dans ces groupes où se développe ce syndrome, il y a déjà un pré-terrain fertilisant (qui n’aura pas échapper à l’agresseur/euse psychologique). Ce sont des groupes où il y a un fort décalage entre mots et actes. Ce sont des personnes qui veulent donner à penser être ce qu’elles voudraient être, mais qui dans les faits ne sont que celles qu’elles sont réellement dans leurs actes. 
 
Elles peuvent par exemple expliquer qu’elles agiraient de telle ou telle façon dans une situation d’agression, d’injustice (toujours dans un rôle de « héros/héroïne » pour défendre la victime), mais qui en pratique si un tel cas se présente, ont toujours des explications « rationalisantes » pour ne pas agir (comme par exemple que leur discours ne peut pas s’adapter à ce cas précis… mais qui en fait ne s’applique à aucun cas concret). Tant que ces discours ne concernent que des cas élargis, lointains, « vus à la télé », elles peuvent donner l’illusion d’être conformes à leurs mots. 
 
Mais quand un cas se présente dans la proximité de leurs relations, où là elles pourraient donner preuves de ce qu’elles prétendent être, c’est la débandade. 
 
Pour éviter alors de donner une image de lâcheté, d’écorner une image préfabriquée fausse, le syndrome du bouc émissaire leur sert de paravent, d’excuse : « rien de leur faute, rien de leur responsabilité, tout est à mettre sur les épaules de la victime ». 
 
  
 
Aucun lien d’avant (familial, amical…) construit sur la durée ne fait frein. L’autre, la victime, le bouc émissaire désigné, ne compte pas. La logique, la justice, la vérité ne sont plus que de lointains concepts bafouables et renversables à volonté. C’est le « sauve qui peut » qui prime. 
 
  
 
Utiliser la victime comme bouc émissaire leur permet alors de se dédouaner de tout. La victime n’est plus une victime, mais soit un/e agresseur/euse, soit un/e masochiste, soit un/e complice, soit un/e déséquilibé/e… autant de tares qui dédouanent alors ces personnes d’être ce qu’elles prétendaient être. Pas de victime, pas à intervenir, pas à mettre en phases mots et actes. 
 
  
 
De même plus, « on » tape sur la victime, moins elle pourra raconter l’inracontable.  
 
La victime est déjà mise à terre par l’agresseur/euse psychologique, ces personnes n’ont plus qu’à parier sur la non possible rébellion de celle-ci. 
 
  
 
Quand une personne, déjà victime de violences psychologiques, est désignée comme la seule responsable de tous les dysfonctionnements d’un groupe, dans des discours illogiques, irrationnels, basés  sur aucun fait prouvable, mais sur des mots culpabilisants, inquisiteurs, accusateurs, il y a syndrome du bouc émissaire.  
 
Ce sont les personnes accusatrices qui en sont atteintes, mais qui désignent la victime comme « malade ». 
 
  
 
Dans une société où le paraître règne, il est impossible de donner une image de lâcheté, de faiblesse négative qui est alors transférée sur la victime. L’important n’étant plus d’assumer ce qu’on est, mais de donner à tout prix une image valorisée au détriment d’une image dévalorisée de la victime. Comme si cet effet placebo permettait à ces personnes d’être rassurées, sur le fait que oui elles peuvent continuer de prétendre être ce qu’elles ne sont pas.





© Entraideapn, tous droits réservés, avril 2013












Lun 29 Avr - 15:50 (2013)
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Lun 29 Avr - 15:50 (2013)
Montrer les messages depuis:    

Répondre au sujet    Entraideapn Index du Forum » Entraideapn » REFLEXIONS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Flowers Online.Traduction par : phpBB-fr.com