S’enregistrerRechercherFAQMembresGroupesConnexion
une manipulation : la mise en porte-à-faux

 
Répondre au sujet    Entraideapn Index du Forum » Entraideapn » REFLEXIONS Sujet précédent
Sujet suivant

une manipulation : la mise en porte-à-faux
Auteur Message
Admin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 14 Mai 2009
Messages: 2 359

Message une manipulation : la mise en porte-à-faux Répondre en citant
Une manipulation : la mise en porte-à-faux
 
 

Exemple 1 : dans la vie privé. 
 
Une famille, un frère et deux sœurs. 
 
Contexte : pré fêtes de fin d’année. 
 
Le frère décide d’acheter un cadeau collectif aux parents. Il prend cette décision seul, sans demander l’avis et l’accord préalables de ses sœurs. Une fois le cadeau acheté, il divise le prix en trois et demande à ses sœurs de payer leur part. Une sœur paye, l’autre est contrariée. 
 
  
 
  
 
Exemple 2 : dans la vie pro. 
 
Un projet associatif, un responsable du projet (RP) ; un participant au projet, sans pouvoir décisionnel (PP), et une nouvelle recrue (NR). 
 
Contexte : acquisition de nouveaux matériels pour ce projet (matériel nombré et budgété). 
 
PP décide seul de dire à NR qu’il aura un lot de ce matériel, puisqu’il vient donner un coup de main. 
 
  
 
  
 
Décryptage de la manipulation « mise en porte-à-faux ». 
 
  
 
La manipulation nécessite au moins trois personnes. 
 
Personnes en présence : 
 
-         le/la manipulateur/trice 
 
-         la personne utilisée pour donner du poids/soutien à la manipulation 
 
-         la cible 
 
  
 
Les trois personnes font parties d’un groupe (familial, amical, professionnel …). Ce groupe fonctionne sur un certain équilibre. 
 
  
 
C’est le/la manipulateur/trice qui décide de déstabiliser cet équilibre, en s’octroyant un pouvoir décisionnel qu’il/elle ne possède pas. Et il/elle fait croire que ce déséquilibre provient de la personne qu’il/elle a mise en porte-à-faux. 
 
  
 
Pour que sa manipulation fonctionne, il/elle utilise une tierce personne qui lui sert de « soutien ». Cette personne fait l’amalgame entre l’acte (décrété unilatéralement par le/la manipulateur/trice) et le principe de mise ne place de cet acte, et en acceptant l’acte sans réserve approuve le principe. Si l’acte peut être acceptable, le principe manipulatoire inacceptable devient alors de fait acceptable. 
 
Cette utilisation d’une tierce personne fonctionne pour différentes raisons : elle peut ne pas être au courant de tout, elle est sous emprise, elle ne se pose pas de questions etc … 
 
  
 
La personne cible qui a perçu le principe manipulatoire, se retrouve mise face à un dilemme, et quel que soit son choix de réaction y perd « quelque chose ». Si elle accepte l’acte du/de la manipulateur/trice, elle accepte la manipulation. Si elle n’accepte pas, elle se retrouve face à la désapprobation de la tierce personne, voir d’autres, et c’est elle qui est perçue comme « briseuse d’équilibre » du groupe. 
 
Les réactions de la personne cible qui a perçu le principe manipulatoire servent aussi le/la manipulateur/trice qui tentera de les utiliser à son seul profit.  
 
  
 
Pour un/e manipulateur/trice ce n’est pas le groupe, son équilibre qui compte, mais le profit personnel qu’il/elle peut tirer de ce groupe et de sa mise en déséquilibre. 
 
  
 
  
 
Reprenons les exemples du début. 
 
Dans l’exemple 1. 
 
Le frère prend une décision SEUL d’achat de cadeau dans demander l’avis de ses sœurs, et les met devant le fait accompli et leur demande de payer. 
 
La sœur qui paye sans réserve n’a perçu que le cadeau acheté (l’acte), mais a occulté la façon de le faire (le principe). Comme c’est un cadeau pour leurs parents, elle ne se voit pas le droit de refuser. Elle apporte donc sa caution au principe manipulatoire de son frère. 
 
La sœur qui rechigne à payer a perçu le principe manipulatoire. Ce n’est pas le cadeau qu’elle remet en cause, mais la façon que son frère a utilisée pour l’acheter.  
 
Comme le frère ne va pas reconnaître sa manipulation, comme la sœur qui a payé met en avant la priorité du cadeau (et sa seule importance), la sœur qui rechigne est alors mise dans le rôle de celle qui fait des histoires sans raison valable. C’est elle qui a été mise en porte-à-faux, mais c’est elle qui devrait assumer ce que son frère a déclenché (tout en inversant cause et conséquences). 
 
  
 
Si la sœur qui conteste le principe ne paye pas, le frère peut alors dire par la suite aux parents qu’elle n’a pas voulu participer à leur cadeau avec les conséquences sur les ressentis parentaux possibles. 
 
Si elle paye, parce qu’elle a choisi de faire plaisir à ses parents, le frère percevra son acceptation comme une caution à son principe manipulatoire et pourra recommencer. 
 
Quel que soit son choix, elle est perdante… alors que la responsabilité première de la situation est du fait du frère. 
 
  
 
  
 
  
 
Dans l’exemple 2. 
 
PP fait croire à NR qu’il a un pouvoir décisionnel et des responsabilités qu’il ne possède pas.  
 
PP fait croire à NR qu’il a décidé de lui donner un lot de matériel en compensation de l’aide apportée au projet. 
 
  
 
Or PP n’a pas de pouvoir décisionnel, et le matériel acheté est compté et budgété (un lot à donner est donc un lot supplémentaire à acheter, dans un budget tout juste en équilibre, d’autant plus qu’aucun autre participant au projet n’a reçu de lot).  
 
  
 
PP met RP en porte-à-faux.  
 
Si RP accède à la décision unilatérale et faussée de PP, il cautionne le principe inacceptable mis en place par PP (ce que PP percevra comme une validation à continuer). 
 
Si RP refuse le principe, PP pour éviter d’assumer la responsabilité de sa promesse (promesse faite alors qu’il n’en avait pas la possibilité), mettra le « projecteur » sur un point imaginaire négatif de la personnalité de RP (radinerie, méchanceté, incapacité etc…). 
 
  
 
PP a utilisé NR. Il peut commencer un début de mise sous emprise (il voulait lui faire un cadeau, mais la responsabilité du non acte n’est due qu’à RP), et obtenir ainsi une caution, un soutien contre RP. NR peut aussi décider que ce contexte conflictuel ne lui convient pas, et se retirer du projet. 
 
  
 
C’est PP qui est responsable de la situation par le principe qu’il a utilisé. Il aurait du demander d’abord à RP si l’acte était possible financièrement, et le proposer pour tous les participants. Or le principe manipulatoire utilisé et le choix de l’unicité de l’acte est forcément source d’histoires… que le/la manipulateur/trice n’assume jamais. 
 
  
 
  
 
  
 
Dans l’absolu, on pourrait dire il suffit d’exprimer l’inacceptable du principe pour éviter des histoires, mais ça c’est dans l’absolu. Dans la réalité, toute personne ne veut, ou ne peut pas, discuter de ces principes là pour différents raisons propres à chacun/e. 
 
  
 
  
 
Les buts d’une telle manipulation pour un/e manipulateur/trice peuvent être variables : 
 
-         discréditer la personne cible, mise en porte-à-faux 
 
-      rehausser sa seule image au détriment d’autres, en s’attribuant un/des rôle/s qu’il/elle ne possède pas, en espérant les obtenir de façon illégitime 
 
-         obtenir quelque chose par contrainte manipulatoire 
 
-         mettre sous emprise la/les personne/s utilisée/s … 






© Entraideapn, tous droits réservés, septembre 2013

 
 
 
 
 



Mar 10 Sep - 10:28 (2013)
Publicité






Message Publicité
PublicitéSupprimer les publicités ?

Mar 10 Sep - 10:28 (2013)
Montrer les messages depuis:    

Répondre au sujet    Entraideapn Index du Forum » Entraideapn » REFLEXIONS Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers: 

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Design by Freestyle XL / Flowers Online.Traduction par : phpBB-fr.com